Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blogonum

Concours Lecture

2 Mai 2005 , Rédigé par num Publié dans #num.eric

1) Il pensa au télécran et à son oreille toujours ouverte. Ils pouvaient vous espionner nuit et jour, mais si l'’on ne perdait pas la tête, on pouvait les déjouer. Malgré toute leur intelligence, ils ne s’'étaient jamais rendus maîtres du secret qui permettrait de découvrir ce que pense un autre homme.

 

2) Qui êtes vous ?

Le message olfactif est net, précis, impératif. Grâce à ses ocelles infrarouges, il distingue le gros animal qui le questionne. A vue d'oe’œil son poids doit être d'’au moins quatre vingt dix grains de sable.


3) Mon visage ressemble à une oreille. Il est concave, avec d’absurdes boursouflures de cartilage qui, dans les meilleurs des cas, correspondent à des zones ou l’'on attend un nez ou une arcade sourcilière, mais qui, le plus souvent, ne correspondent à aucun relief facial connu.


 

4) Que sert-il de raconter les longues, longues heures d’horreur plus que mortelles durant lesquelles je comptai les oscillations vibrantes de l’acier ? Pouce par pouce, - ligne par ligne, - il opérait une descente graduée et seulement appréciable à des intervalles qui me paraissaient des siècles, - et toujours il descendait, - toujours plus bas, -toujours plus bas ! Il s’écoula des jours, il se peut que plusieurs jours se soient écoulés, avant qu’il vînt se balancer assez près de moi pour m’éventer avec son souffle âcre.


 

5) Le lendemain matin, on trouva le grand cercle rue Cunin-Gridaine, dans le 3e. Il ne comportait en son centre qu’un bigoudi.


 

6) Déclarant d’une voix douce que pour récupérer les restes de l’enfant, ils devraient utiliser soit un révulsif, soit un laxatif, Pierre Galine s’enfuit, lançant avant de disparaître dans l’escalier : - La vengeance est un plat qui se mange chaud !

 

7) Tous les jours, le jeune homme allait au puit attendre la venue de Fatima. Il lui raconta son existence de berger, la rencontre du roi, la boutique aux cristaux.


 

8) Unique et impénétrable, la Machine dominait les êtres humains qu’elle allait classer selon leur culture sémantique. Pas un individu vivant ne savait exactement à quel endroit de sa structure se trouvait son cerveau électromagnétique.(…) Se rénovant elle-même, consciente de son existence et de son objet, elle restait mystérieuse à tout individu, insensible à la corruption et capable en théorie de s’opposer à sa propre destruction.


 

9) La tique Grenouille flairait l’air du matin. L’instinct de chasse le prit. Il avait à sa disposition la plus grande réserve d’odeurs du monde : la ville de Paris.


 

10) Les brouillards se dissipant peu à peu, nous abordâmes enfin les rives opposées du Lac. En mettant pied à terre parmi les roseaux, il me sembla soudain que les longues années passées à Avalon n’avaient été rien d’autre qu’un rêve, un rêve qui allait bientôt s’évanouir à mon réveil.


 

11) Il rouvrit la porte et observa les murs avec attention : les rainures entre les planches avaient été soigneusement bouchées avec du fil végétal. Du rotin ou du raphia. Il leva les yeux et suivit la jonction entre le toit et les cloisons (…). Ici, la ligne avait été calfeutrée par des feuilles de palme croisées et serrées, une nouvelle fois, avec des liens de rotin. 


 

12) C’t’idiot tout ça ! Qu’est-ce qu’on veut savoir ? Si ces êtres là sont des hommes ? Bien sur que ce sont des hommes ! Ils font du feu, non ? Ils taillent la pierre ? Ils marchent debout, non ? N’y a qu’à regarder leur astragale ! V’s’avez déjà vu des singes avec une astragale comme ça ?



13) Il regarda trois fois le talisman qui jouait à l’aise dans les impitoyables lignes imprimées sur la serviette, il essayait de douter ; mais un clair pressentiment anéantissait son incrédulité. Le monde lui appartenait, il pouvait tout et ne voulait plus rien. Comme un voyageur au milieu du désert, il avait un peu d’eau pour la soif et devait mesurer sa vie au nombre des gorgées. Il voyait ce que chaque désir devait lui coûter de jours.

 

14) Sauf qu’en lieu et place de l’index, la vieille dame brandissait un P.38 d’époque,  celui des Allemands, une arme qui a traversé le siècle sans se démoder d’un poil, une antiquité toujours moderne, un outil traditionnellement tueur, à l’orifice hypnotique.


  

15) Pour que quelque chose existe, ça doit être observé.

Pour que quelque chose existe, ça doit avoir une position dans le temps et l’espace.

Et ceci explique pourquoi neuf dixièmes de la masse de l’univers sont manquants.

Neuf dixièmes de l’univers sont la connaissance de la position et de la direction de chaque chose dans le dixième restant. Chaque atome a sa biographie, chaque étoile son fichier, chaque échange chimique son équivalent d’un inspecteur avec un bloc note.  Ils sont manquants car ils font la comptabilité pour le reste, et vous ne pouvez pas voir l’arrière de votre propre tête (sauf dans les très petits univers).

Neuf dixièmes de l’univers, en fait, sont la paperasserie.

 

16) Certes rien n’est pire que le voyage à l’étage supérieur des autocars « panoramiques » de la compagnie Greyhound. Si haut perché. Tu te souviens de la fois où j’ai du aller à Bâton Rouge dans une de ces machines ? J’ai vomi plusieurs fois.

 

17) Le voisin est un animal nuisible assez proche de l’homme. Très proche, trop proche. C’est d’ailleurs de cette proximité que naît la nuisance du voisin. Mais attention : que le voisin soit proche ne doit pas nous inciter à le confondre avec le prochain, ce dernier, contrairement au voisin, pouvant être lointain.


 

18) Pour éteindre l’'enfer, il devra chercher le remède dans le vent. La foudre le trouvera sur ce chemin, car celle en blanc, sa véritable bien-aimée, le trahira dans son sang. 

 

 

 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

le ninja 21/05/2005 14:29

té beau.